AVRIL 2018 : La situation actuelle et le rôle des Marxistes-Léninistes

.

.

.

.

En quelques mots…

La situation actuelle

et le rôle des Marxistes-Léninistes

 

 

Suite à la republication de l’article de l’OCF sur le mouvement social, assortie de notre critique sur le manque le lien avec les luttes anti-impérialistes actuelles.

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/09/l-anti-macronisme-un-nouveau-style-branche/

PDF : OCF – Avril 2018 – Sur le mouvement social en France

La situation actuelle confirme de manière encore plus éclatante que l’on ne peut séparer les questions sociales locales de la politique impérialiste internationale.

Il est évident que Macron utilise toutes les complicités possibles dans la « gauche », même et surtout « extrême », pour empêcher que ce lien se concrétise par un rejet réel et profond de sa politique globale et donc du système.

Cela est donc logiquement le rôle et même le devoir des ML de faire apparaître ce lien pour ce qu’il est, le fil fondamental de la politique du système. C’est ce qui devrait marquer la force et la différence politique des ML, même si c’est à très petite échelle, pour commencer.

Faire apparaître ce lien, ce n’est pas se contenter de protestations formelles contre la logique de guerre, mais bien de faire comprendre que le soutien politique réel aux luttes actuellement engagées par l’axe des résistances nationalistes au Proche-Orient, essentiellement, et au Donbass, aussi, c’est le moyen d’affaiblir le front politique des impérialistes, dans lequel le « nôtre » occupe une place importante.

C’est donc le moyen de l’affaiblir également, de modifier le rapport de forces politiques en France, et d’y faire reculer l’influence des réformistes et des Kollabos « de gauche » qui refusent absolument, quant au fond, la solidarité avec ces luttes et cautionnent, soit directement, soit hypocritement, mais à peine masqués, les tentatives impérialistes d’écrasement de ces luttes.

Avec une campagne d’agit-prop claire sur ce thème, même les « doubles jeux » du type « USA-Russie, tous impérialistes » se trouveront démasqués et obligés de dévoiler leur confusionnisme sur le fond, et se trouveront donc en position défavorable face aux critiques justifiées des ML.

C’est maintenant, quand l’actualité plus que brûlante nous offre une tribune potentielle avec une portée fondamentale qu’il faut agir.

Au lieu de cela, on ne voit rien, sinon le ron-ron des formules habituelles ne masquant même pas l’impuissance, le plus souvent complaisante, des diverses sectes et groupuscules supposés d’ « extrême-gauche », et même « ML » pour quelques uns.

L’OCF, par contre, a fait preuve d’une certaine lucidité en publiant son article sur le mouvement social, mais le lien avec les luttes anti-impérialistes actuelles reste à faire.

L’OCF a donc là une occasion réelle de faire la preuve de son existence politique, et même, éventuellement, de commencer à devenir opérationnelle et d’engendrer une dynamique constructive.

Dans la mesure où elle semble être le dernier réduit du mouvement ML organisé en France, beaucoup repose sur la suite de son évolution, après la publication de son constat lucide sur le mouvement social.

Luniterre

Publicités

Stop aux crimes impérialistes !!

 

 

SYRIA

 

 

 

Trump

 

 

+ May

 

 

+Macron

 

 

= Criminels

 

 

Impérialistes!

 

 

Qui

 

les arrêtera,

 

 

Sinon

 

 

le peuple

 

 

???

 

 

 

 

 

 

https://www.boursedirect.fr/media/articles/afp/damas-des-partisans-du-regime-manifestent-apres-les-frappes-des-occidentaux/des-syriens-deploient-des-posters-de-bachar-dans-les-rues-de-damas-le-14-avril.jpg

 

 

Les Damascènes ont été réveillés samedi au petit matin par les éclairs, le bruit et les secousses des missiles. Imperturbables, certains sont sortis à leurs balcons pour observer les frappes occidentales sur des installations militaires.
Vers 04H00 du matin, durant 45 minutes, la capitale syrienne a résonné du bourdonnement des avions et du fracas des missiles qui s’abattaient sur les faubourgs. Le ciel encore noir s’est retrouvé strié d’éclairs.
Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mis leurs menaces à exécution en frappant des installations militaires proches de Damas et Homs, dans le centre du pays.
Le bruit a sorti Saoussen Abou Tableh de son lit. « J’ai regardé sur internet et j’ai vu: +attaque éhontée des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni+ », raconte-t-elle.
L’armée syrienne, soutenue par son allié russe, a affirmé avoir abattu avec ses défenses anti-aériennes la plupart des 110 missiles tirés par les Occidentaux.
Nedher Hammoud était sur son toit pour « regarder les missiles se faire descendre comme des mouches », sourit ce fervent partisan du régime, âgé de 48 ans.
Dans le quartier de Jermana, Rahmeh Abou Hamra, elle, s’était postée sur son balcon. Et « quand j’ai vu vers 05H30 que des gens allaient vers la place des Omeyyades, j’ai pris un taxi pour y participer avec mon fils », explique-t-elle.
Cette dame de 49 ans affiche sa défiance: « Nous nous fichons de Trump ou de tous les gens comme lui. Nous nous fichons des missiles. Nous leur tenons tête avec notre armée ».
Le soleil à peine levé, plusieurs centaines de personnes se sont retrouvées sur l’emblématique place de Damas, ralliée à pied, à vélo ou dans des voitures décorées aux couleurs rouge, noire et blanche du drapeau syrien. Autour de la fontaine monumentale qui orne la place, un petit embouteillage s’est même créé.
« Dieu te protège, Damas! », entend-on.
« Trump pensait que nous serions dans les abris, mais nous sommes sur la place des Omeyyades », lance Amina al-Fares, 58 ans, tout de noir vêtue après avoir perdu au combat son fils et des neveux.
Les frappes occidentales sont pour eux le signe de la victoire de leur armée, qui a notamment repris le bastion rebelle de la Ghouta orientale, situé aux portes de la capitale.
Les insurgés du groupe islamiste Jaich al-Islam ont accepté d’évacuer la ville de Douma.
« On a gagné. C’est fini. On a battu le terrorisme. C’est la dernière frappe qu’ils mèneront », assure Yaman Qiblawi, 59 ans.
« Qu’ils (les Occidentaux) fassent ce qu’ils veulent, qu’ils tuent qui ils veulent », affirme Nedher Hammoud: « L’histoire retiendra que la Syrie a abattu des missiles, mais pas seulement. Elle a abattu l’arrogance américaine. »

 

 

 

https://www.afp.com/fr/infos/327/damas-des-partisans-du-regime-manifestent-apres-les-frappes-des-occidentaux-doc-1408dm3

 

 

 

https://www.boursedirect.fr/media/articles/afp/damas-des-partisans-du-regime-manifestent-apres-les-frappes-des-occidentaux/une-caricature-du-president-trump-est-affichee-sur-un-chien-dans-les-rues-de-d.jpg 

 

 

https://www.boursedirect.fr/media/articles/afp/damas-des-partisans-du-regime-manifestent-apres-les-frappes-des-occidentaux/des-syriens-manifestent-leur-soutien-au-regime-de-bachar-el-assad-le-14-avril.jpg

 

 

 

 

à Gaza, le crime sioniste continue…

La Résistance aussi !!

 

 

https://frontdeslaics.files.wordpress.com/2018/04/4fcb9-a19.jpg?w=720&h=479

 

 

 

« Le sort des pays de la région est entre les mains de leurs peuples » a déclaré Donald Trump au même moment qu’il faisait bombarder la Syrie.
Non loin de là, à seulement quelques kilomètres plus au sud et pour la troisième semaine consécutive, Benjamin Netanyahu tire à balles réelles sur des dizaines de milliers de Palestiniens ayant décidé d’emprunter le chemin du retour.
34 tués, des milliers de blessés.
Ce vendredi 13 avril, des dizaines de drapeaux de l’État sioniste ont été brûlés à Jabalia au nord de Gaza. Au sud, près de Khan Younès, les manifestants ont brûlé des photos de Benjamin Netanyahu, de Donald Trump et du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman.
C’était quelques heures avant que les missiles de croisière Tomahawk ne s’abattent sur la Syrie.
C’est dire si les marcheurs de Gaza avaient vu juste… eux, qui sont à l’avant-garde de l’affrontement pour décider de leur sort.
Le seul véritable affrontement qui dure depuis que la Palestine est sous les bottes.

Al Faraby
Samedi, 14 avril 2018

 

https://assawra.blogspot.fr/2018/04/le-veritable-affrontement.html

 

 

*************************************

***************************

 

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/02/palestine-jour-de-la-terre-une-lecon-de-resistance-donnee-au-monde/

 

********************************************

*************************

 

 

 

 

 

A Gaza, le crime sioniste continue… La Résistance aussi !!

 

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "gaza"

Marche du Retour :

à Gaza, le crime sioniste continue…

La Résistance aussi !!

https://cdn.i24news.tv/upload/image/afp-7e0af98f38fe87cf33dac110bf595c4d70197c71.jpg?width=716

Résultat de recherche d'images pour "gaza"

 

 

Pour la troisième semaine consécutive, des dizaines de milliers de Gazaouis se sont rassemblés ce vendredi 13 avril aux abords de la barrière de séparation avec Israël. Un mouvement pour réclamer le droit au retour des réfugiés palestiniens sur les terres qu’ils ont quittées à la création d’Israël et la fin du blocus imposé à la bande de Gaza. Et comme les semaines précédentes, le face-à-face avec les soldats israéliens a été tendu. Les tirs de gaz lacrymogènes et de balles réelles de l’armée israélienne ont fait un mort et plus de 900 blessés côté palestinien, selon le ministère de la Santé de Gaza. Reportage dans la bande de Gaza de Hassan Jaber et Guilhem Delteil.

Face à des manifestants qui se sont approchés à une centaine de mètres de la barrière de séparation, l’armée israélienne n’a pas changé de position : elle a fait usage de gaz lacrymogènes, mais aussi de balles réelles. Et alors que l’après-midi avançait, dans le camp du retour de Shejaiya, les ambulances se succédaient pour évacuer les blessés.

Ayman Al Sabani est le chef des urgences de l’hôpital Shifa, le principal établissement sanitaire du territoire. Vers 17 heures, ses services avaient pris en charge 85 blessés parmi lesquels 15 âgés de moins de 15 ans.« Tous ont été blessés par balle, la plupart aux membres inférieurs. C’était des balles spéciales : les plaies d’entrée sont petites et les plaies de sortie plus grandes », précise-t-il.

Une ambulance arrive dans la cour de l’hôpital. Sur la civière, un blessé portant des pansements à la jambe et à la tête. Le personnel médical le prend en charge, mais les familles, elles, patientent à l’extérieur. « Mon fils et mon neveu sont là. L’un est blessé à la tête, l’autre à la jambe. Mon fils est en train d’être opéré, l’autre attend pour l’être », témoigne le père d’un des blessés.

C’était la troisième fois que les deux hommes, âgés de 23 et 27 ans, se rendaient près de la barrière de séparation. Suheil Fares Nimniml les avait prévenus du danger. « Mais ils sont jeunes. Que peut-on y faire ? » dit-il.

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180413-marche-retour-gaza-palestinien-tue-nombreux-blesses

************************************

*******************************************

Résultat de recherche d'images pour "gaza"

https://static.lexpress.fr/medias_11804/w_2000,h_1125,c_fill,g_north/v1523627047/des-milliers-de-palestiniens-prennent-part-aux-protestations-a-la-frontiere-entre-gaza-et-israel-pour-le-troisieme-vendredi-consecutif-le-13-avril-2018_6044152.jpg


La « Marche du Retour » est à sa troisième semaine. Elle a décidé de brandir le drapeau de la Palestine au plus près des lignes d’affrontement, sous le nez des soldats de l’armée d’occupation.
Pour que le message soit complet et qu’il n’y ait aucune confusion dans l’interprétation du geste, les marcheurs ont décidé aussi de brûler le drapeau de l’État sioniste.
Le message étant des plus simples: « Il n’y a sur cette terre de Palestine aucune place pour un État prônant une quelconque ségrégation ou toute autre injustice. Nul ne doit être privé de son identité et du droit de l’exercer en toute liberté et démocratie. Il faut en finir avec l’occupation et la colonisation, démolir tous les murs, lever toutes les barrières, ouvrir tous les chemins aux marcheurs du retour qu’ils puissent rentrer chez eux. »


Bref… Une Palestine pour tous. Tel est le message.
Sans ambiguïté aucune.

Al Faraby
Vendredi, 13 avril 2018

https://assawra.blogspot.fr/2018/04/une-palestine-pour-tous.html

Résultat de recherche d'images pour "gaza"

Mohamed Shuman playing music near the wreckage of his family’s house, Gaza City, June 2015

June 26, 2015 .Salem Saoody, 30, is getting his daughter Layan (L) and his niece Shaymaa 5 (R) in the only remaining piece from their damaged house, which is the bathing tub. They now live in a caravan near the rubbles. By Wissam Nassar.

https://i0.wp.com/scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2018-04-13t132330z_612223737_rc19805a6700_rtrmadp_3_israel-palestinians-protests_0.jpg

Résultat de recherche d'images pour "gaza"

Pour la Palestine : 17 AVRIL – Grande marche à Paris !!

 

 

 

 

https://i1.wp.com/mai68.org/spip2/IMG/png/17avril2018.png

 

 

 

 

Grande marche à Paris

le 17 avril,

Journée internationale

des Prisonniers palestiniens !

Mardi prochain, à l’occasion de la journée internationale de solidarité avec les prisonniers palestiniens, nous vous appelons à vous joindre à une marche pour dénoncer l’enfermement de tous les Palestiniens, qu’ils soient dans la bande de Gaza, bouclés et agressés en Cisjordanie, ou bien derrière les barreaux de prisons israéliennes. Merci de noter la date et le RV Place de La République pour former un cortège qui exigera la liberté de tous les Palestiniens.

Nous appelons nous amis de la région parisienne mais aussi celles et ceux des autres villes qui peuvent se libérer à venir défiler avec nous. L’heure est grave. Les Palestiniens jouent leur va tout, et risquent leur vie et leur intégrité physique, à Gaza, mais aussi avec les grèves de la faim qui se poursuivent dans les prisons israéliennes, et les attaques de la population dans toute la Cisjordanie occupée, dont Jérusalem, de plus en plus inaccessible.

NOUS VOUS DONNONS RENDEZ-VOUS MARDI PROCHAIN 17 AVRIL A PARTIR DE 17 H PLACE DE LA RÉPUBLIQUE, D’OÙ NOUS PARTIRONS EN CORTÈGE A 18 H

De nombreuses associations se joignent à cet appel, dont nous publierons prochainement la liste.

Nous avons besoin de votre présence pour accompagner la lutte héroïque des Palestiniens pour leur liberté et pour leurs droits. Mais aussi de votre aide pour faire circuler l’information.

CE SAMEDI 14 AVRIL, NOUS SERONS PRÉSENTS COMME D’HABITUDE

À LA FONTAINE DES INNOCENTS DE 14 H À 17 H

POUR CONTINUER À DÉNONCER LES MASSACRES ISRAÉLIENS

POUR INFORMER LES PASSANTS SUR LA SITUATION DES PALESTINIENS

POUR LES APPELER A SE JOINDRE À LA MARCHE DU 17 AVRIL

N’hésitez pas à venir nous y retrouver, et à y prendre des tracts appelant à cette Marche pour la Libération de tous les Palestiniens et Palestiniennes.

http://www.europalestine.com/spip.php?article14146

https://i2.wp.com/www.europalestine.com/local/cache-vignettes/L500xH232/affiche_europal_enfant_blesse_gaza_liberte_-5be2c.jpg

David Palestinien Contre Goliath Sioniste : Une leçon de Résistance donnée au monde !

 

 

 

Bande de Gaza : au moins douze Palestiniens tués dans des violences avec l'armée israélienne

SEPT PALESTINIENS TUÉS, 500 BLESSÉS PAR TSAHAL À LA LIMITE DE GAZA

.

.

.

A l’occasion de son Jour de la Terre 2018 le peuple de Palestine vient de donner au monde entier une leçon de courage et de résistance exemplaire, après déjà 70 ans de luttes pour son droit au retour sur sa terre d’origine dont il a été chassé par l’occupant sioniste.

Le fait est que le monde voyait ou croyait voir sombrer cette cause peu à peu sous les coups des colonialistes israéliens, et sous une chape d’hypocrisie des puissances impérialistes complices, alors qu’elle vient soudainement et massivement de relever la tête pour réaffirmer son droit intangible.

C’est précisément dans ce droit que réside sa force, c’est ce que nous a magistralement rappelé Stanley Cohen en Juillet dernier.

C’est donc l’occasion de republier ce texte remarquable, qui se trouve être, plus que jamais d’actualité!

Mais au moment où un réveil des luttes sociales semble s’opérer en France, c’est aussi une occasion de réfléchir au sens de ces luttes au sein des métropoles impérialistes, qui sont, qu’elles le reconnaissent ou non, liées entre elles contre toutes les luttes de libération, et celles de la Palestine en premier, tant les complicités du sionisme sont extensives, en France comme aux USA et ailleurs.

Il ne s’agit nullement, ici, de prendre le problème à l’envers, comme le font certains supposés « anti-impérialistes », mais bien au contraire et précisément de comprendre qu’un phénomène colonialiste tel qu’il se développe en Palestine, digne des pires barbaries occidentales du siècle dernier, ne pourrait se poursuivre sans le support de ces complicités. Autrement dit, si le sionisme est bien le serviteur obligé de l’impérialisme dans cette région stratégique du monde, il n’en est pas le maître.

Il fut un temps où la solidarité anti-impérialiste internationale arrivait à isoler certaines de ces entreprises colonialistes au point de les faire cesser, comme au Vietnam et en Afrique du Sud. Mais c’était aussi un temps ou les luttes sociales en occident étaient encore une menace politique sérieuse pour le système capitaliste. Il y avait de fait une synergie entre ces deux aspects de la lutte, même si cela ne résultait précisément d’aucune stratégie réelle ni d’aucun concept de résistance globale, qui eut pourtant été utile et même nécessaire à leur survie, en terme à la fois de résistance sociale et de perspective politique.

Si face à la violence des reculs sociaux imposés par la crise la résistance sociale se réveille à nouveau, elle traine néanmoins encore le boulet de ses précédents échecs, contre la réforme des retraites et contre la Loi El Khomri, et pour ce qui est d’une solidarité anti-impérialiste digne de ce nom on n’en voit plus de signe réellement significatif, sauf, au contraire, des signes de Kollaboration active de diverses parties de la « gauche », même « extrême »!

Mais surtout, le constat est que toutes les forces politiques actuellement au pouvoir ou en capacité de gouverner sont directement engagées dans le processus systémique de régression sociale, comme fractions ouvertement représentatives des intérêts du système capitaliste.

La seule qui se tente encore de se faire passer pour une « alternative », en se donnant un style « rebelle », c’est la prétendue « France Insoumise », alors qu’il ressort clairement de son programme qu’il s’agit ni plus ni moins qu’une relance « keynésienne » du système, basée sur une nouvelle manœuvre financière à l’échelle européenne.

Après un succès de départ du à l’effet médiatique de « nouveauté », comme tant d’autres gadgets politiques précédents, elle sombre à nouveau dans l’obscurité des manœuvres politiciennes, obligée de faire face à sa propre impasse.

Nous avons néanmoins eu l’occasion d’échanger sur ces sujets avec un de ses militants les plus lucides, par ailleurs sympathisant de la mouvance trotskyste britannique « Socialist Fight ».

Il ne s’agit pas ici de revenir une Nème fois sur les analyses de la situation économique de la crise systémique, mais au contraire de comprendre ce qui nous sépare d’un peuple tel que celui de Palestine, aussi démuni de tout et dépourvu aussi bien de moyens locaux que de supports internationaux réellement puissants, mais qui lutte quand même massivement et avec toute la dernière énergie dont il est capable, en comparaison avec notre difficulté à relever la tête dans un climat de régression, certes, mais qui est encore loin d’une situation catastrophique telle que celle de la Palestine.

L’article récent de ce camarade sur les mouvements sociaux en France (*) est centré sur un point essentiel à propos de la nécessité de construire un parti d’avant garde du prolétariat. Un long commentaire en réponse semble insister davantage sur la nécessité de la dictature du prolétariat pour la période de transition, bien que les deux soient liés, jusqu’à un certain point, évidemment.

Les deux sont également justes considérés d’un point de vue marxiste-léniniste, mais le niveau de conscience actuel n’en est manifestement pas là, sauf pour quelques pseudos-« ML » sectaires qui « s’y croient » et n’y sont donc précisément pas… !

Pour ce qui concerne le mouvement de masse, ce n’est donc pas encore là la problématique concrète, celle qui le fera avancer plus rapidement, y compris vers ces objectifs transitoires mais incontournables.

Si la FI a rencontré un relatif succès, c’est qu’elle a su mobiliser essentiellement autour d’un projet… C’est le projet, le programme, qui est l’élément fédérateur et constitutif du mouvement et de son organisation.

Le fait qu’il ne soit ni viable ni crédible, et à juste titre, pour une grande masse de prolétaires, qui ont donc préféré s’abstenir, c’est encore une autre question, mais l’amorce du mouvement réside bien dans le projet et non dans le parti en lui-même, ni même dans les formes hypothétiques de son pouvoir… !

Autrement dit, il faut distinguer la problématique stratégique telle que nous la percevons, même si évidemment, fort justement, comme marxistes, de la problématique politique générale telle que la perçoit la grande masse, et qui est la première marche vers l’élévation et la renaissance de la conscience de classe.

Dans la Russie pré-soviétique et soviétique naissante, c’est le projet politique et social en gestation, précisément, autour des soviets, qui a été à la fois l’amorce et le catalyseur de la lutte. C’est ce principe qui est devenu la légitimité prolétarienne et populaire de la Révolution et qui a permis au parti bolchévique de légitimer son pouvoir, y compris du point de vue de la dictature du prolétariat, comprise comme défense indispensable de ce projet et de cette légitimité.

C’est pourquoi la question du parti, dans les circonstances actuelles, où cette notion est totalement dévalorisée pour les masses par la caricature qu’en donne la bourgeoisie, ne se posera réellement que lorsque naitra une convergence non pas tout d’abord et formellement idéologique, mais précisément autour de l’élaboration concrète d’un projet, un peu à l’image du processus de formation de la FI, expérience utile et signifiante, de ce point de vue, même si inutile et même néfaste, quant au fond.

Mais cette réflexion risque de rester incomprise, car le propos reste incomplet ainsi et peut n’être pas clairement saisi dans toutes ses implications.

Car en réalité c’est donc la question de légitimité qui est le nœud de cette problématique.

La survie du système actuel tient à ce qu’il parvient constamment à se relégitimiser, malgré ses failles béantes et même lorsqu’elles sont perçues comme telles.

Actuellement, la menace terroriste est sa meilleure justification, à condition d’être réactivée très souvent, sinon en permanence.

C’est pourquoi il n’y aura pas de mesures vraiment radicales contre les mouvances salafistes, par exemple.

Mais le point fondamental reste la question du travail.

Dans la légitimité bourgeoise le travail n’est utile que s’il est rentable financièrement.

La question de son utilité sociale n’est jamais réellement posée, sauf pour être ouvertement éludée au motif de non-rentabilité sur le plan financier.

Le travail socialement nécessaire mais « non-rentable » est rejeté dans le domaine du bénévolat et de la charité privée…

Le système arrive ainsi à légitimiser même la réduction de toutes les fonctions sociales encore survivantes de son État.

Tout ce qui subsiste de service public doit être « concurrentiel » avec le secteur privé ou disparaître, et au mieux, remplacé par la charité privée, ou carrément supprimé, sinon.

La vraie question est donc celle de la légitimité du travail, à travers son objectif social, en tant que répondant à des besoins sociaux réels, tant en termes de productions que de services.

Travailler utile socialement ou travailler rentable financièrement, ce sont deux notions bien différentes et qui se retrouvent donc également dans le secteur productif, en réalité, au delà de la culture des fantasmes publicitaires.

La production en cours est-elle socialement réellement utile et/ou essentiellement sur le plan de la rentabilité financière ? C’est cette question qui doit donner un sens à la notion de partage du travail.

Car on ne peut partager qu’un travail socialement utile, en fin de compte, dans la mesure où il répond précisément aux besoins de ceux qui le partagent.

Le changement de légitimité se produira quand l’utilité sociale du travail sera au premier plan des revendications.

C’est en ce sens que les révolutionnaires, marxistes ou non, doivent orienter leur travail d’agit-prop, s’ils veulent avoir une chance d’amorcer un réel mouvement de contestation anticapitaliste et commencer à construire une alternative crédible.

C’est évidemment très différent du paradigme de la FI, qui se présente clairement comme un plan de relance du système actuel, même si dans une hypothétique version « keynésienne », désormais tout à fait chimérique et non crédible, de plus.

La question de légitimité du système se retrouve également dans sa dimension impérialiste où son bilan « globalement négatif », à l’échelle de la planète et de la tant vantée « mondialisation » est en réalité carrément spectaculaire et seulement masqué par l’omniprésence entretenue du « terrorisme » justifiant l’omniprésence des forces armées impérialistes et de leurs supplétifs diverses, même parfois « de gauche »…

C’est là encore, sinon là d’abord, que les révolutionnaires doivent sans cesse reposer la question de légitimité en faisant donc également le lien avec la situation économique et sociale désormais en voie de dégradation accélérée dans les métropoles impérialistes.

En résumé, un demi-siècle après Mai 68, un mouvement de contestation anticapitaliste réel ne peut renaître que parmi ceux qui sont prêts à remettre vraiment en cause les fondamentaux de la légitimité du système actuel, et ils sont très peu nombreux, encore, à l’heure actuelle.

La naissance d’un mouvement actif autour de ces thèmes d’agit-prop serait déjà une petite révolution…

La question de savoir s’il surgira des débats actuels est loin d’être réglée, tant ils sont biaisés, effectivement, par des présupposés idéologiques totalement surannés et donc dogmatiques, quant à leur démarche, qui reste imperceptible des larges masses, même lorsqu’elles se mettent en mouvement.

Mais ne s’est-on pas éloigné de la Palestine actuelle en revenant sur Mai 68?

En réalité, il n’en est rien, et d’autant moins que Mai 68 a aussi amorcé le resurgissement de cette cause alors « oubliée » par l’Occident…

En Palestine la légitimité du combat collectif, le projet collectif, autrement dit, repose sur le droit à la terre, le droit au retour.

Elle dépasse largement les clivages entre courants politiques et religieux. Ce qui explique la continuation massive du combat, sur tant de décennies.

En France elle devrait reposer sur le droit à un travail socialement utile, dans la perspective d’une économie de transition, évidemment.

Le parti ou les factions politiques qui deviendront leaders du mouvement seront celles qui incarneront le mieux cette légitimité. Encore faut-il que le mouvement pour une telle légitimité existe… Ce n’est pas le cas… Travaillons donc à le créer, si nous en avons réellement la volonté politique…

Il y a une dialectique à comprendre entre la constitution du mouvement sur le plan organisationnel et sur le plan de son contenu, en termes de perspectives sociales, économiques et politiques.

Le projet est le moteur. La structure sans le projet est une structure stérile, sans objet.

C’est le projet qui est le premier élément de cette dialectique, les problèmes organisationnels, parti et organisations de masses, se règlent autour et en fonction de la dynamique et de l’avancement du projet.

Encore faut-il donc qu’il y ait projet, en termes de transition.

Sur ce point le camarade FI nous reproche d’entretenir une confusion éventuelle sur la notion de travail socialement utile, qui ne pourrait exister en dehors des critères actuels de rentabilité, avec sa notion actuelle de plus-value.

Malentendu sur le sens des termes ???

Ce qui est du travail socialement utile est socialement rentable, dans la mesure où il répond à des besoins sociaux recensés en termes de productions et de services… ! (Et donc pris en compte dans le plan socialiste, équilibré en termes de valeur-travail productive.)

C’est dans ce sens que que le surtravail reste utile pendant la période de transition, ce qui est tout de même assez différent de la plus-value capitaliste qui n’a qu’une vocation financière avérée.

Le « surtravail » en régime socialiste (phase de transition), n’est plus une « plus-value » hasardeuse mais le fruit d’un plan collectif pour satisfaire les besoins sociaux essentiels…

A ce propos nous lui conseillons donc de relire la célèbre Critique du Programme de Gotha de Marx:

https://tribunemlreypa.wordpress.com/marx-marxisme-critique-du-programme-de-gotha-glose-marginale-1-les-fondamentaux-economiques-de-la-transition-socialiste-proletarienne/

Les « besoins sociaux » tels que définis par les idéologues et économistes du capital ne sont que les besoins solvables, et non les besoins sociaux réels et vitaux, qui ne sont réellement pas satisfaits par le système, globalement, et surtout pas à l’échelle mondiale « mondialisée » sous la domination impérialiste, et de plus il y a le retour de la pauvreté en occident, y compris précisément dans certaines catégories de travailleurs.

Tout cela devrait, au moins pour la « gauche » qui se veut « anticapitaliste », faire partie des évidences!!

Marx, dans le Livre III du Capital, notamment, prend aussi la précaution de faire ce distinguo essentiel, entre « besoins » uniquement solvables et besoins sociaux réels, dans le rapport dialectique entre loi du marché et loi de la valeur.

Ayant maintenant quelque peu avancé sur ce concept de légitimité de la lutte anticapitaliste, il est possible de revenir, pour aller plus loin, sur l’une des premières propositions de notre camarade FI que nous avons déjà abordé.

Pour ceux qui se considèrent « marxistes » et plus spécifiquement « léninistes », le concept de légitimité de leur cause leur semble donc d’abord résider dans la construction du parti, en ce qu’il représente l’avant-garde du prolétariat.

Or cette légitimité n’est telle et éventuellement acquise que si le rôle de ce parti est déjà historiquement confirmé, et d’abord par son action sur le terrain.

Autrement dit, poser la construction du parti comme préalable à l’émergence d’un mouvement révolutionnaire prolétarien, c’est carrément prendre le problème à l’envers.

L’acquisition de légitimité du parti ne se fait elle-même, de plus, qu’à travers l’acquisition de légitimité nouvelle et globale du mouvement révolutionnaire, et seulement dans la mesure où ce parti devient lui-même l’incarnation au moins partielle de cette légitimité globale par son action et sa lutte.

L’une des questions historique, en termes de leçons utiles, que nous aurions pu aborder à l’occasion du Centenaire d’Octobre porte précisément sur l’origine de cette légitimité telle qu’acquise par le Parti Bolchevique…

Comment comprendre pourquoi cela est devenu le cas du Parti Bolchevique, et à quel moment ?

C’est bien, en fait, une des question sur lesquelles notre recherche a également porté, à cette occasion, même si cela n’est pas vraiment ressorti dans les polémiques de ce moment.

Celles-ci se sont trouvées concentrées sur la légitimité de la période stalinienne, ce qui était inévitable en raison de sa durée et de son importance stratégique dans l’histoire de l’URSS et du monde du XXème siècle, et de ses conséquences sur le monde actuel.

Pourtant la problématique de base et de départ que nous cherchons à comprendre aujourd’hui, parce qu’elle est celle qui nous concerne plus concrètement, en fait, n’est pas à ce point différente, car en ce qui concerne l’histoire de la Révolution d’Octobre, c’est aussi de la légitimité globale de l’Union Soviétique qu’il est question, en réalité, à traver celle du Parti Bolchevique.

C’est ici à dessein que nous utilisons ici le terme Union des Soviets et non URSS, car à l’évidence cette légitimité est bien antérieure à 1922, fondation officielle de l’URSS…

Cette problématique de légitimité a ressurgi à plusieurs reprises à l’occasion des débats historiques autour du Centenaire d’Octobre. Ils se sont particulièrement cristallisés sur le problème historique de la dissolution de l’Assemblée Constituante en Janvier 1918.

Il apparait d’autant plus évident, à présent, que c’est là que se situe le nœud du problème en ce qui concerne à la fois la légitimité de l’Union des Soviets et celle du rôle historique du parti bolchevique. Et partant de là, de toute la dialectique d’interaction entre ces deux organismes.

Ce n’est pas par hasard si la dissolution de la Constituante, le 6 Janvier 1918 , est devenue, et à nouveau singulièrement à l’occasion du Centenaire, la bouteille à l’encre de tous les historiens anti-bolcheviques, de droite comme « de gauche », au moins aussi souvent.

Si tel est le cas, c’est précisément parce que c’est le véritable point de basculement d’une légitimité vers une autre, c’est à dire de la liquidation des derniers restes, pour l’époque, de la légitimité bourgeoise vers la légitimité prolétarienne.

Le mieux et le plus simple pour comprendre cette situation, c’est de se référer aux trois textes de Lénine sur ce sujet, les plus significatifs sur cette question de légitimité et sur la dialectique qui en ressort concernant l’interaction du parti bolchevique et des soviets.

Il est clair que le parti bolchevique tient sa légitimité de ce qu’il a été le meilleur acteur du pouvoir des soviets. La légitimité la plus fondamentale résidant évidemment dans le pouvoir des soviets et non dans le pouvoir du parti.

C’est ce qui ressort très nettement de ces trois textes, tout simplement parce que c’est une évidence en soi, surtout à l’époque. Or par la suite, avec la guerre « civile », c’est le rôle dirigeant du parti qui a permis la survie du pouvoir des soviets et cette question a perdu de son sens pour plusieurs décennies, tant la fusion parti-soviets est devenue opérationnelle sur le terrain.

En réalité cette question de fusion ou de distanciation relative aurait pu ou même du se reposer à plusieurs reprises, mais le sujet ici est plus global que la polémique sur tel ou tel point historique particulier, comme la constitution de 1936, par exemple, rejetée par les trotskystes, prétendument au nom de la « dictature du prolétariat », et qui en ont bloqué la mise en œuvre via leur influence résiduelle au sein de la bureaucratie, même s’ils ont été finalement les premiers à payer le prix de la situation conflictuelle ainsi créée.

Toujours est-il que cette légitimité fondamentale des Soviets explique aussi en grande partie, même si paradoxalement en apparence, ce prétendu « mystère » du décalage à priori surprenant entre la « nostalgie » majoritaire pour l’URSS en Russie actuelle, et le vote, encore plus majoritaire, en faveur de Poutine.

La nostalgie pour l’URSS porte justement sur le concept de « Nation Soviétique » qui s’est forgé à partir de cette date, à la dissolution de la Constituante en Janvier 1918, à partir de laquelle la « démocratie » parlementaire russe s’est d’elle-même inféodée à l’impérialisme, créant donc ainsi un clivage anti-impérialiste qui s’est précisément creusé en raison du soutient étranger impérialiste à la fois à la réaction blanche et à la réaction « démocratique » bourgeoise.

C’est donc, en réalité, assez logiquement Poutine qui incarne cette nostalgie de la nation soviétique, en tant que restaurateur efficace de l’indépendance nationale russe, et non le KPRF, principal « PC » en Russie, et surtout son secrétaire Ziouganov, à la fois ouvertement inféodé au « PC » chinois et pour le moins très « coopératif » avec l’impérialisme US à propos de l’Ukraine, comme on a pu le voir à l’époque, en pleine bataille décisive pour la ville et le nœud ferroviaire de Debaltsevo :

https://solydairinfo.wordpress.com/2015/09/11/guerre-etou-paix-en-europe-6-mois-apres-minsk-2-le-donbass-a-un-tournant-decisif/

De plus, actuellement, l’étape russe est clairement à la consolidation de l’indépendance et de la résistance anti-impérialiste, et non à la révolution sociale, que le KPRF n’incarne pas non plus, de toutes façons, vu son programme ultra-réformiste.

En Russie, la question de légitimité du pouvoir et de sa nature de classe se trouvera nécessairement reposée à l’issue de l’ère Poutine, mais de l’eau aura encore coulé sous les ponts, d’ici là, en espérant que ce ne soit bien que de l’eau, du reste !

En PDF, les trois textes de Lénine sur la dissolution de la Constituante :

.

LENINE – DISSOLUTION CONSTITUANTE

(En intégral, à la suite, avec le texte de Stanley Cohen, le Projet de Décret, proposé par Lénine, pour cette dissolution.)

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est évidemment que cette question de légitimité n’est pas d’abord liée au formalisme parlementariste ou non de la démocratie, mais à sa nature de classe.

Ce que l’une ou l’autre forme consacre, à ce moment de l’histoire russe qu’est la dissolution de l’Assemblée Constituante, en janvier 1918, ce sont d’abord des types de rapports sociaux complètement différents, dont les processus électoraux qui en découlent ne sont que l’une des expressions, mais pas la plus fondamentale, en dernière analyse.

La force et la légitimité des soviets c’est d’abord d’avoir créé de nouveaux rapports sociaux sur le terrain de base, à l’entreprise, et donc d’avoir consacré et légitimisé une nouvelle utilité sociale du travail, ce qui  reste donc tout à fait liée à la la légitimité du mouvement révolutionnaire anticapitaliste.

Cela nous ramène donc directement à la question du rapport entre objectif ou utilité sociale du travail et définition des besoins sociaux qu’il vise à satisfaire. Et donc, par voie de conséquence tout aussi directe au rapport dialectique entre loi du marché et loi de la valeur, tel que traité dans le Livre III du Capital de Marx, que nous avons déjà évoqué plus haut, et comment engager le processus de transition pour se séparer de la domination de la loi du marché, tel qu’ébauché, dans son principe, dans la Critique du Programme de Gotha du même Marx… !

https://tribunemlreypa.wordpress.com/marx-marxisme-critique-du-programme-de-gotha-glose-marginale-1-les-fondamentaux-economiques-de-la-transition-socialiste-proletarienne/

Il est important de rappeler ici qu’à la veille d’Octobre, et même, précisément, en Septembre 1917, Lénine fondait, dans « l’État et la Révolution », notamment au Chapitre 5, les principes économiques de la transition socialiste en Russie sur ce même texte de Marx, la Critique du Programme de Gotha…!

Il y a donc bien un lien direct entre les fondamentaux économiques du marxisme et les fondamentaux politiques du léninisme, et c’est précisément aussi pourquoi nous sommes marxistes-léninistes !!

A noter que ce lien possède un prolongement évidemment encore plus large avec l’expansion du phénomène impérialiste, même s’il relégitimise, de manière partielle et provisoire, le capitalisme de certaines bourgeoisies nationales, celles qui tentent de résister à la domination financière impérialiste.

Quoi qu’il en soit de telle ou telle situation particulière, pour nous, dans les métropoles impérialistes, le lien est direct, à la fois entre utilité sociale du travail et légitimité du combat anticapitaliste et entre ce combat lui-même et le combat anti-impérialiste, qui n’ont donc, du reste et en conclusion, qu’une seule et même légitimité, et c’est à nous, les révolutionnaires, et singulièrement les ML, de la faire apparaître politiquement pour avancer vers nos objectifs.

C’est en ce sens que doit s’orienter notre réflexion et notre travail d’agit-prop.

Mais toutefois cette explication ne satisfait pas notre camarade engagé dans la FI, au motif que cette problématique de légitimité et de motivation ressortirait d’un subjectivisme bourgeois de type « kantien »… Une nouvelle forme de confusionnisme, éventuellement, qui éluderait évidemment inefficacement, la réalité des rapports de forces.

Alors que précisément, à notre avis, si elle a une raison d’être, ce n’est pas pour l’éluder mais bien pour la transformer de manière favorable aux forces progressistes et révolutionnaires.

Ce que nous avons tenté, in fine, de lui expliquer à nouveau, aussi simplement que possible:

« En deux mots, camarade, ne vois-tu donc pas la leçon qui nous vient de Palestine, et qui recoupe également, et littéralement dans sa marche, vers la « frontière » sioniste, la leçon d’histoire de la Révolution Bolchevique, notamment telle que Lénine nous l’explique à l’occasion de cette dissolution de Janvier 1918 ???

Le peuple et le prolétariat se mettent réellement et massivement en marche quand ils perçoivent que la légitimité de leur combat est plus forte que celle du camp d’en face, et en l’occurrence, aujourd’hui, celle des sionistes.

C’est tout le sens de la démonstration de Stanley Cohen…

Évidemment, il s’agit ici d’une démarche plus formaliste sur le plan du droit, car concernant une lutte de libération nationale, mais le principe de motivation est le même, quant au fond.

Même en ce qui concerne les luttes les plus évidentes et les plus quotidiennes sur le plan social ne parle-t-on pas aussitôt de « revendications légitimes », alors que cela n’a précisément aucun rapport avec le droit formel, mais effectivement avec le droit « moral » dont les acteurs du conflit se sentent investis et qui les motive au sens littéral du terme, qui les mets en mouvement, autrement dit…

Les « accords d’entreprises », de branche, de convention collectives, etc, et éventuellement, de nouvelles lois sociales viennent effectivement formaliser cette nouvelle légitimité en ce qu’elle a modifié un rapport de forces sociales.

La légitimité de la lutte précède la transformation sociale, y compris sur le plan juridique formel.

Ce n’est pas un effet subjectif « kantien » ou je ne sais quoi, mais simplement le reflet objectif, dans la conscience populaire et prolétarienne, de l’évolution des rapports de production, des rapports de forces économiques et sociaux, de l’accumulation des forces sociales que cette évolution a engendré.

Actuellement, cela fonctionne carrément dans le sens régressif et réactionnaire, tel que voulu par la bourgeoisie, en réaction à sa propre crise, à ses propres contradictions.

Veut-on réellement inverser le mouvement et repartir à l’assaut de ce système moribond ou bien le laisser continuer à s’enfoncer avec nous, et surtout, à nos dépens ?

Telle est la question…

Oui ou non ?

A nous d’y répondre ! »

.

Lepotier

.

( * https://nousnesommesriensoyonstout.wordpress.com/2018/04/02/workers-struggles-in-france/  )

.

**********************

****************

Lénine

Projet de décret

sur la dissolution

de l’Assemblée constituante

La révolution russe a, dès son origine, placé au premier plan les Soviets des députés ouvriers, soldats et paysans, en tant qu’organisation de masse de toutes les classes laborieuses et exploitées, seule capable de diriger la lutte de ces classes en vue de leur complet affranchissement politique et économique.

Au cours de la première période de la révolution russe, les Soviets se sont multipliés, ont grandi et se sont renforcés ; leur propre expérience les a débarrassés des illusions de la politique d’entente avec la bourgeoisie et des formes mensongères du parlementarisme démocratique bourgeois ; ils sont arrivés dans la pratique à la conclusion que l’affranchissement des classes opprimées n’est pas possible sans avoir rompu avec ces formes et avec toute politique de conciliation. Cette rupture fut la Révolution d’Octobre, qui remit tout le pouvoir aux Soviets.

L’Assemblée constituante, élue sur des listes dressées avant la Révolution d’Octobre, était l’expression de l’ancien rapport des forces politiques, datant de l’époque où les conciliateurs et les cadets étaient au pouvoir. En votant alors pour les candidats du parti socialiste-révolutionnaire, le peuple ne pouvait pas choisir entre les socialistes-révolutionnaires de droite, partisans de la bourgeoisie, et les socialistes-révolutionnaires de gauche, partisans du socialisme. Ainsi, cette Assemblée constituante qui devait être le couronnement de la république parlementaire bourgeoise, ne pouvait que se mettre en travers de la voie de la Révolution d’Octobre et du pouvoir des Soviets.

En donnant le pouvoir aux Soviets et, par leur intermédiaire, aux classes laborieuses et exploitées, la Révolution d’Octobre a provoqué la résistance désespérée des exploiteurs ; et, dans l’écrasement de cette résistance, elle s’est pleinement affirmée comme le début de la révolution socialiste. Les classes laborieuses ont pu se convaincre par leur expérience que le vieux parlementarisme bourgeois avait fait son temps, qu’il était absolument incompatible avec les tâches posées par la réalisation du socialisme, que seules des institutions de classe (telles que les Soviets) et non des institutions nationales sont capables de vaincre la résistance des classes possédantes et de jeter les fondements de la société socialiste. Tout refus de reconnaître la plénitude du pouvoir des Soviets et la république des Soviets conquise par le peuple, toute attitude favorable au parlementarisme bourgeois et à l’Assemblée constituante, serait aujourd’hui un pas en arrière et signifierait la faillite de toute la Révolution ouvrière et paysanne d’Octobre.

L’Assemblée constituante qui s’est réunie le 5 janvier a, grâce à ces circonstances, donné la majorité au parti socialiste-révolutionnaire de droite, au parti de Kérenski, d’Avksentiev et de Tchernov. Bien entendu, ce parti a refusé de mettre en discussion la proposition parfaitement précise, claire, qui n’admettait aucune équivoque, de l’organe suprême du pouvoir soviétique, le Comité exécutif central des Soviets : reconnaître le programme du pouvoir des Soviets, reconnaître la «Déclaration des droits du peuple travailleur et exploité », reconnaître la Révolution d’Octobre et le pouvoir des Soviets. Par là même, l’Assemblée constituante a rompu tout lien entre elle et la République des Soviets de Russie. Cette Assemblée constituante devait être inévitablement abandonnée par les groupes bolchévik et socialiste-révolutionnaire de gauche, qui constituent aujourd’hui, notoirement, l’immense majorité dans les Soviets et jouissent de la confiance des ouvriers et de la majorité des paysans.

En réalité, les partis socialiste-révolutionnaire de droite et menchévik mènent, hors de l’enceinte de l’Assemblée constituante, une lutte des plus acharnées contre le pouvoir des Soviets ; ils appellent ouvertement dans leurs organes au renversement de ce pouvoir ; ils qualifient d’arbitraire et d’illégale la répression par la force des classes laborieuses, de la résistance des exploiteurs, répression nécessaire pour s’affranchir de l’exploitation ; ils défendent les saboteurs qui servent le capital ; ils vont jusqu’à lancer des appels non déguisés à la terreur que des « groupes inconnus » ont déjà commencé à pratiquer. Il est clair que le reste de l’Assemblée constituante ne pourrait, de ce fait, que jouer le rôle de paravent destiné à masquer la lutte des contre-révolutionnaires pour le renversement du pouvoir des Soviets.

C’est pourquoi le Comité exécutif central décrète : l’Assemblée constituante est dissoute.

**********************

***************

Stanley L Cohen

Il est temps pour Israël d’accepter le fait suivant : en tant que peuple occupé, les Palestiniens ont le droit de résister – de toutes les manières possibles.

Il y a longtemps de cela, il avait été convenu que la résistance et même la lutte armée contre une force d’occupation coloniale n’étaient pas seulement reconnues par le droit international, mais précisément approuvées.

Conformément au droit international humanitaire, les guerres de libération nationale ont été expressément reconnues en tant que telles par l’adoption du Protocole additionnel I aux Conventions de Genève de 1949 (pdf), en tant que droit protégé et essentiel des peuples occupées à travers le monde.

Dans une évolution pleine de vitalité dans le droit humanitaire, il y a des décennies, l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGA) – une fois présentée comme la conscience collective du monde – a noté le droit des peuples à l’autodétermination, à l’indépendance et aux droits de l’homme.

En effet, dès 1974, la résolution 3314 de l’Assemblée Générale des Nations Unies [AGNU] a interdit aux États-membres « toute occupation militaire, même temporaire ».

Dans la partie la plus lourde de signification, la résolution a non seulement affirmé le droit « à l’autodétermination, à la liberté et à l’indépendance […] des peuples privés de ce droit, […] en particulier les peuples sous régimes coloniaux et racistes ou autres formes de domination étrangère », mais a noté le droit des peuples occupés « à lutter … et à chercher et obtenir un soutien » dans cet effort.

Le terme « lutte armée » a été intégré dans cette résolution sans définition précise, comme beaucoup d’autres qui ont précédé et qui ont maintenu le droit des populations indigènes à expulser un occupant.

Cette imprécision devait disparaître le 3 décembre 1982. Ce jour-là, la résolution 37/43 de l’Assemblée générale des Nations Unies a supprimé tout doute ou débat sur le droit légal des peuples occupés à résister aux forces d’occupation par tous les moyens reconnus. La résolution réaffirma « la légitimité de la lutte des peuples pour l’indépendance, l’intégrité territoriale, l’unité nationale et la libération de la domination coloniale et étrangère, par tous les moyens disponibles, y compris la lutte armée ».

Israël se berce d’illusions

Bien qu’Israël ait tenté, à maintes reprises, de faire supprimer le sens dépourvu d’ambiguïté de cette résolution précise – et de placer ainsi son occupation d’un demi-siècle en Cisjordanie et à Gaza au-delà de son champ application – c’est un effort voué à l’échec et une illusion si on s’en tient au vocabulaire exigeant de la déclaration elle-même.

Dans la partie la plus significative, l’article 21 de la résolution condamne fermement « les activités expansionnistes d’Israël au Moyen-Orient et le bombardement permanent des civils palestiniens, qui constituent un obstacle sérieux à la réalisation de l’autodétermination et de l’indépendance du peuple palestinien ».

N’hésitant jamais à réécrire l’histoire, et cela bien avant la création des Nations Unies, les sionistes européens se considéraient comme un peuple sous occupation tandis qu’ils émigraient en Palestine.

En effet, 50 ans avant que l’ONU ne parle du droit à la lutte armée comme moyen de libération des peuples indigènes, les sionistes européens se sont attribués frauduleusement le même concept alors que l’Irgun, Lehi et d’autres groupes terroristes imposaient toute une décennie de chaos mortel.

Au cours de cette période, ils ont massacré non seulement des milliers de Palestiniens indigènes, mais ils se sont attaqués aussi à la police et au personnel militaire britanniques qui avaient longtemps maintenu une présence coloniale sur place.

Une histoire des attaques sionistes

Peut-être, alors que les Israéliens s’assoient pour pleurer la perte de deux de leurs soldats qui ont été abattus la semaine dernière à Jérusalem – dans ce que beaucoup considèrent comme un acte de résistance légitime – un retour d’un minimum de mémoire pourrait simplement replacer les événements dans leur contexte historique.

Il y a longtemps, traitant les Britanniques de force d’occupation dans « leur patrie », les sionistes ont ciblé la police britannique et les unités militaires sans la moindre pitié dans toute la Palestine et ailleurs.

Le 12 avril 1938, l’Irgun a assassiné deux policiers britanniques dans un attentat à la bombe dans un train à Haïfa. Le 26 août 1939, deux officiers britanniques ont été tués par une mine placée par Irgun à Jérusalem. Le 14 février 1944, deux agents de police britanniques ont été abattus lorsqu’ils ont tenté d’arrêter des gens qui avaient collé des affiches sur les murs de la ville d’Haïfa. Le 27 septembre 1944, plus de 100 membres de l’Irgun ont attaqué quatre postes de police britanniques, blessant des centaines d’officiers. Deux jours plus tard, un agent de police britannique de haut rang du Service du renseignement a été assassiné à Jérusalem.

Le 1er novembre 1945, un autre policier a été tué alors que cinq trains ont été l’objet d’attaques à la bombe. Le 27 décembre 1945, sept officiers britanniques ont perdu la vie dans une attaque à la bombe au siège de la police à Jérusalem. Entre le 9 et le 13 novembre 1946, les membres juifs « souterrains » ont lancé une série d’attentats à la bombe et aux mines antipersonnel dans les gares ferroviaires, dans les trains et les tramways, tuant 11 soldats et policiers britanniques et huit soldats arabes.

Quatre autres officiers ont été assassinés lors d’une autre attaque sur un quartier général de la police le 12 janvier 1947. Neuf mois plus tard, quatre policiers britanniques ont été assassinés lors d’une attaque de banque commise par l’Irgun et, trois jours plus tard, le 26 septembre 1947, 13 autres agents étaient tués dans une autre attaque terroriste sur un poste de police britannique.

Ce ne sont que quelques-unes des nombreuses attaques dirigées par des terroristes sionistes contre la police britannique, considérés par la plupart des Juifs européens comme des cibles légitimes d’une campagne qu’ils ont qualifiée de « libération » contre une force d’occupation.

Tout au long de cette période, les terroristes juifs ont également entrepris d’innombrables attaques qui n’ont épargné aucune partie de l’infrastructure britannique et palestinienne. Ils ont frappé les installations militaires et policières britanniques, les bureaux du gouvernement et les navires, souvent avec des bombes. Ils ont également saboté les chemins de fer, les ponts et les installations pétrolières.

Des dizaines de cibles économiques ont été attaquées, dont 20 trains endommagés ou faits dérailler, et cinq stations ferroviaires. De nombreuses attaques ont été menées contre l’industrie pétrolière, dont une, en mars 1947, sur une raffinerie de la Shell à Haifa qui a détruit quelque 16 000 tonnes de pétrole.

Des terroristes sionistes ont tué des soldats britanniques dans toute la Palestine, en utilisant tout type de pièges, des embuscades, des tireurs d’élite et des véhicules bourrés d’explosifs.

Une attaque, en particulier, résume le terrorisme de ceux qui – sans aucun support dans le droit international – n’ont vu aucune limitation à leurs efforts pour « libérer » un terrain sur lequel ils avaient en grande partie récemment émigré.

En 1947, l’Irgun a enlevé deux sous-officiers du Corps d’intelligence de l’armée britannique et menacé de les pendre si la condamnation à mort de trois de ses membres était maintenus. Lorsque les trois membres de l’Irgun ont été exécutés par pendaison, les deux sergents britanniques ont été pendus en représailles, et leurs corps remplis d’explosifs ont été laissés dans un bosquet d’eucalyptus.

En annonçant leur exécution, l’Irgun a déclaré que les deux soldats britanniques avaient été pendus après leur condamnation pour « activités criminelles anti-hébraïques » qui comprenaient : l’entrée illégale dans la patrie hébraïque et l’appartenance à une organisation terroriste criminelle britannique – connue sous le nom d’armée d’occupation – qui était « responsable de la torture, du meurtre, de la déportation et du refus du droit à la vie pour le peuple hébreu ». Les soldats ont également été accusés de possession illégale d’armes, d’espionnage anti-juif en civil et de projets hostiles prémédités contre les forces clandestines.

Bien au-delà des limites territoriales de la Palestine, à la fin des années 1946-1947, une campagne continue de terrorisme a visé les Britanniques. Des actes de sabotage ont été effectués sur les routes de transport militaires britanniques en Allemagne. Le Lehi a également essayé, sans succès, de lancer une bombe sur la Chambre des communes à partir d’un avion affrété en provenance de France et, en octobre 1946, il a attaqué à la bombe l’ambassade britannique à Rome.

Un certain nombre d’autres engins explosifs ont été désamorcés dans et autour des cibles stratégiques à Londres. Quelque 21 lettres piégées ont été adressées, à plusieurs reprises, à des personnalités politiques britanniques de premier plan. Beaucoup de ces missives ont été interceptées, tandis que d’autres ont atteint leurs destinataires mais en étant identifiées comme tel avant qu’elles n’explosent.

Le prix élevé de l’autodétermination

L’autodétermination est une voie difficile et coûteuse pour les occupés. En Palestine, quelle que soit l’arme choisie – qu’il s’agisse de la parole, du stylo ou de l’arme à feu – il y a un prix très lourd à payer pour son utilisation.

Aujourd’hui, « dire la vérité face au pouvoir » est devenu un incantation magique de résistance populaire dans les cercles et les sociétés néolibérales. En Palestine, cependant, pour les occupés et les opprimés, c’est un chemin absolument sûr vers la prison ou la mort. Pourtant, pour des générations de Palestiniens dépouillés du moindre souffle d’air pouvant évoquer un sentiment de liberté, l’histoire enseigne qu’il n’y a tout simplement aucun autre choix.

Le silence est une capitulation. Se taire, c’est trahir tous ceux qui sont venus avant et tous ceux qui viendront après.

Pour ceux qui n’ont jamais ressenti le joug constant de l’oppression, ni l’ont vu de près, c’est une vision au-delà de la raison. L’occupation est lourde pour l’occupé, chaque jour, de toutes les manières, en limitant ce que vous êtes et ce que vous pouvez oser devenir.

La présence constante des barrages militaires, des armes à feu, des ordres, de la prison et de la mort sont des compagnons de voyage pour les occupés, que ce soit des nourrissons, des adolescents au printemps de la vie, des personnes âgées ou ceux piégés dans des limites artificielles de frontières sur lesquelles ils n’ont aucun contrôle.

Aux familles des deux policiers druzes israéliens qui ont perdu la vie en essayant de contrôler un lieu qui ne leur appartenait pas, je transmets mes condoléances. Ces jeunes hommes, cependant, n’ont pas été perdus pour le bien d’une « résistance », mais volontairement sacrifiés pour une vicieuse occupation qui n’a aucune légitimité.

En fin de compte, s’il y a un deuil, ce doit être pour les 11 millions d’occupés, en Palestine ou à l’extérieur, en tant que réfugiés apatrides, dépouillés d’une voix et de la moindre chance dans la vie, alors que le monde présente des excuses motivées en grande partie par les paquets cadeaux en retour qui portent l’étoile de David.

Il n’y a pas un jour sans que la gargouille sioniste ne surplombe un nourrisson palestinien enveloppé dans un linceul funèbre, privé de vie parce que l’électricité ou la liberté de mouvement sont devenus un privilège pervers qui soumet des millions d’otages aux caprices politiques de quelques-uns. Qu’ils soient israéliens, égyptiens, ou qu’il s’agisse de ceux qui osent se prétendre la direction politique palestinienne, la responsabilité des infanticides à Gaza est la leur, et à eux seuls.

« S’il n’y a pas de lutte, il n’y a pas de progrès »

Les trois jeunes hommes, cousins, qui ont volontairement sacrifié leur vie dans l’attaque contre les deux officiers israéliens à Jérusalem, ne l’ont pas fait comme un geste sans signification né du désespoir, mais plutôt comme une déclaration personnelle de leur fierté nationale, dans la lignée de beaucoup d’autres qui avaient compris que le prix de la liberté peut parfois signifier tout perdre.

Pendant 70 ans, il n’y a pas eu un jour sans la mort de jeunes femmes et hommes palestiniens qui, tragiquement, ont trouvé plus de dignité et de liberté dans le martyre que dans une vie soumise et passive contrôlée par ceux qui ont osé définir les paramètres de ce que serait leur vie.

Des millions d’entre nous dans le monde entier rêvons d’un meilleur temps et d’un meilleur lieu pour les Palestiniens … [pour qu’ils soient] libres de déployer leurs ailes, de se lever, de découvrir qui ils sont et ce qu’ils souhaitent devenir. Jusque-là, je ne pleurerai pas la perte de ceux qui arrêtent leur vol. Au lieu de cela, j’applaudis ceux qui osent lutter, osent gagner par tous les moyens nécessaires.

Il n’y a pas de magie à la résistance et à la lutte. Celles-ci transcendent le temps et le lieu et tirent leur sens et leur ardeur dans l’inclinaison naturelle qui nous conduit tous à vouloir être libres – libres de déterminer le déroulement de nos propres vies.

En Palestine, il n’existe pas une telle liberté. En Palestine, le droit international reconnaît les droits fondamentaux à l’autodétermination, à la liberté et à l’indépendance des occupés. En Palestine, cela inclut le droit à la lutte armée, si nécessaire.

Il y a longtemps, le célèbre abolitionniste Frederick Douglass, lui-même ancien esclave, écrivait sur ce qu’est la lutte. Ces mots ne résonnent pas moins aujourd’hui, en Palestine, qu’ils ne l’ont fait il y a 150 ans au cœur des plantations du sud des États-Unis :

« S’il n’y a pas de lutte, il n’y a pas de progrès. Ceux qui professent vouloir la liberté, et pourtant critiquent l’action, sont des hommes qui veulent des récoltes sans labourer le sol. Ils veulent de la pluie sans tonnerre et sans foudre. Ils veulent l’océan sans la peur du rugissement de ses eaux immenses. Cette lutte peut être morale, ou elle peut être physique, ou être à la fois morale et physique, mais elle doit être une lutte. Le pouvoir ne concède rien sans une exigence. Il ne l’a jamais fait et ne le fera jamais. »

* Stanley L Cohen est un avocat et militant des droits de l’homme, spécialisé sur le Moyen-Orient et l’Afrique.

http://www.chroniquepalestine.com/palestiniens-droit-legal-resistance-armee/

Source de la compilation:

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/04/02/palestine-jour-de-la-terre-une-lecon-de-resistance-donnee-au-monde/

PALESTINE, GAZA, Jour de la Terre, Jour de Lutte !! Le combat continue !!

 

 

Des milliers de Palestiniens de la bande de Gaza se sont rassemblés ce vendredi en plusieurs endroits près de la barrière qui marque la frontière avec Israël.

PALESTINE, GAZA

Jour de la Terre

Jour de Lutte !!

Le combat continue !!

16 morts, plus de 1400 blessés, le bilan des crimes sionistes s’alourdit mais le combat continue!

16 Palestiniens tués dans les affrontements à Gaza : réunion en urgence du conseil de sécurité de l’ONU

Des milliers de Palestiniens de la bande de Gaza se sont rassemblés ce vendredi en plusieurs endroits près de la barrière qui marque la frontière avec Israël, où des affrontements, parmi les plus sanglants de ces dernières années, ont éclaté avec des soldats israéliens. Au moins quinze Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens et plus de 1 400 ont été blessés. Le Conseil de sécurité des Nations unies a annoncé se réunir d’urgence.

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir d’urgence ce vendredi à partir de 22h30 pour évoquer les violences dans la bande de Gaza. Convoquée à la demande du Koweït, elle se tiendra à huis clos.

Au moins quinze Palestiniens de la bande de Gaza ont été tués vendredi par l’armée israélienne lors d’un face-à-face tendu à la frontière entre des milliers de manifestants palestiniens et des soldats israéliens qui a dégénéré en affrontements, parmi les plus sanglants de ces dernières années.

Des dizaines de milliers de Palestiniens, notamment des femmes et des enfants, avaient convergé le long de la barrière frontalière qui sépare la bande de Gaza d’Israël dans le cadre de « la grande marche du retour ».

Ce mouvement de protestation doit durer six semaines pour exiger le « droit au retour » des réfugiés palestiniens et dénoncer le strict blocus de Gaza.

Dénonciation d’un « usage disproportionné » de la force

Un petit nombre d’entre eux s’est approché à quelques centaines de mètres de cette barrière ultra-sécurisée, régulièrement le théâtre de heurts sanglants entre habitants de l’enclave sous blocus et soldats. Ces derniers ont répliqué en tirant à balles réelles et en usant de gaz lacrymogènes.

Selon le ministère de la Santé dans la bande de Gaza, 15 Palestiniens ont été tués et plus de 1 400 blessés dans les affrontements avec l’armée israélienne.

Les Palestiniens ainsi que la Turquie ont dénoncé un « usage disproportionné » de la force par Israël. La Ligue arabe a de son côté condamné une riposte « sauvage » de la part d’Israël.

En fin de journée, l’armée israélienne a dit avoir frappé trois positions du mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, en représailles à une tentative d’attaque de ses soldats par des manifestants.

La « grande marche du retour » a été lancée à l’occasion de la « Journée de la Terre », qui marque chaque 30 mars la mort en 1976 de six Arabes israéliens lors de manifestations contre la confiscation de terrains par Israël. Les Arabes israéliens sont les descendants de Palestiniens restés sur place à la création de l’Etat d’Israël en 1948.

« Pneus enflammés »

Un porte-parole de l’armée israélienne a estimé à 30 000 le nombre de manifestants vendredi.

« L’armée israélienne a imposé une zone militaire fermée autour de la bande de Gaza, toute activité dans ce secteur nécessite son autorisation », a déclaré ce porte-parole.

« Les manifestants lancent des pierres vers les troupes israéliennes qui recourent à des moyens anti-émeutes et tirent en direction des principaux meneurs », a-t-il ajouté.

Les dirigeants militaires et politiques israéliens avaient prévenu que l’armée n’hésiterait pas à donner ordre d’ouvrir le feu à des tireurs d’élite en cas de tentative d’infiltration en territoire israélien.

De façon quasiment inédite, la police israélienne a par ailleurs indiqué avoir eu recours à un drone pour larguer des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

Officiellement organisée par la société civile, « la marche du retour » est soutenue par le Hamas qui avait assuré qu’il veillerait à ce que personne n’approche dangereusement de la frontière.

Vendredi soir, des responsables politiques de Gaza ont appelé les manifestants à se retirer de la zone frontalière jusqu’à samedi.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres dans l’enclave palestinienne depuis 2008 et observent depuis 2014 un cessez-le-feu tendu.

L’une des préoccupations israéliennes face au mouvement de protestation est une tentative, spontanée ou non, de forcer la barrière frontalière, peut-être à l’occasion d’une marche massive avec des femmes et des enfants.

L’armée a indiqué avoir déployé d’importants renforts à la frontière pour empêcher des infiltrations notamment durant la célébration de Pessah, la Pâque juive, à partir de vendredi soir.

« Provocation »

Le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a prévenu que « des centaines de tireurs d’élite (israéliens) » étaient déployés à la frontière.

Tôt vendredi, avant le début de « la marche du retour », un agriculteur palestinien de 27 ans a été tué par un tir d’artillerie israélien près de Khan Younès, dans le sud de l’enclave.

(NDLR: déjà publié en hommage:

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2018/03/30/palestine-jour-de-la-terre-ode-a-la-terre/

Un porte-parole de l’armée israélienne a expliqué que deux « suspects » s’étaient approchés de la barrière et que des chars avaient tiré dans leur direction.

Alors que l’Etat d’Israël célébrera en mai ses 70 ans, les Palestiniens attendent toujours la création de leur Etat, qui a rarement paru plus incertaine.

Le droit au retour des réfugiés reste une revendication palestinienne fondamentale et, pour les Israéliens, un obstacle majeur à la paix.

Le statut de Jérusalem comme point de tension

Le statut de Jérusalem est également un important point de crispation, encore plus depuis que le président américain Donald Trump a décidé de reconnaître la ville comme capitale d’Israël et d’y transférer l’ambassade des Etats-Unis.

Cette décision, prise le 6 décembre, puis l’annonce du transfert de l’ambassade américaine à la mi-mai, période qui coïncide avec le 70e anniversaire de l’Etat d’Israël, ont ulcéré les Palestiniens.

Ces derniers veulent faire de Jérusalem-Est, annexée par Israël, la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.Des manifestations, moins imposantes que celles de Gaza, ont par ailleurs eu lieu en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

Source:

https://www.ouest-france.fr/monde/gaza/gaza-violents-affrontements-pres-de-la-frontiere-un-palestinien-tue-5657179

https://i1.wp.com/107.189.40.46/photo/20180329/7247e1ce-8bc6-45e9-987c-6812def602c9.jpg