30 MARS – GAZA PALESTINE C’EST AUSSI A LYON !!

 

 

https://scontent-mrs1-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/54224991_1799425330163947_6748914817827864576_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_ht=scontent-mrs1-1.xx&oh=6458ee99e290b8b017ee1ed69d2880be&oe=5D4B4918

MARCHONS

POUR LA PALESTINE !

LE SAMEDI 30 MARS 2019 ,

POUR GAZA

ET POUR TOUTE LA PALESTINE,

C’EST AUSSI A LYON !!

SAMEDI 30 MARS – 15H Place Jean Macé (Lyon 69007) Métro Jean Macé

Le 30 mars marque, chaque année, la journée de la terre en Palestine occupée et à travers le monde. Souvenir du 30 mars 1976 où l’armée israélienne, réprima brutalement un mouvement, contre la confiscation des terres, initié par les Palestiniens d’Israël. Le 30 mars rappelle l’attachement à la terre palestinienne volée, annexée et colonisée par l’occupant israélien.

Enfin, ce 30 mars 2019 marquera le 1er anniversaire du déclenchement des marches du retour à GAZA, qui se solde par un bilan terrible, de centaines de morts et près de 20 000 blessés. Les tueurs d’élite de l’armée israélienne, blessent, estropient, tuent. dans une scène renouvelée chaque semaine, sous les yeux du monde. Une récente commission d’enquête de l’ONU indique que des crimes de guerre et probablement des crimes contre l’humanité ont été commis par Israël.

Pendant ce temps le monde se tait et le Président Macron regarde ailleurs dans un silence complice. Lorsqu’il sort de son silence c’est pour mieux insulter les défenseurs des droits des Palestiniens les (nous) traitant d’antisémite ! vieille ficelle utilisée par les soutiens d’Israël pour tenter de nous faire taire. Nous ne nous laisserons pas intimider et appelons à manifester.

- Soutien aux droits du peuple palestinien

- Solidarité avec les Palestinien.ne.s de Gaza

- Droit au retour des réfugiés

- Boycott, désinvestissements et sanctions contre l’État d’Israël

- Exigeons du gouvernement français des sanctions contre Israël

http://collectif69palestine.free.fr/spip.php?article1309

https://www.europalestine.com/local/cache-vignettes/L131xH100/siteon0-e5814.png?1551269596

CAPJPO EuroPalestine

A Marseille comme à Paris, le double spectacle de la pseudo- « révolution » en France !

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/03/17/a-marseille-comme-a-paris-le-double-spectacle-de-la-pseudo-revolution-en-france/

 

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2019/03/16/zini_ftv4396-00_00_01_09-4140012.jpg?itok=a790vhT1

A Marseille comme à Paris,

le double spectacle

de la pseudo- « révolution » en France !

Après le spectacle de la pseudo « révolution » du 24 Novembre 2018 à Paris, organisée en Kollaboration avec l’extrême-droite fascisante dans le but de casser l’élan populaire du 17 Novembre, le pouvoir a eu quatre mois pour peaufiner sa stratégie de manipulation et de répression, et substituer la manipulation des groupuscules « gauchistes » à celle de l’extrême-droite, qui commençait à être trop visible et donc impraticable.

De plus, le système a clairement besoin d’une Marine Le Pen « en réserve de la République », même si ce n’est encore que comme repoussoir électoral, actuellement.


Et, cerise sur le gâteau, les « écolos » sont rentrés dans la danse!

Le spectacle nouveau organisé ce Samedi 16 Mars 2019 par la Macronie en Marche est doublement efficace dans la mesure où il joue de la dualité « violence/pacifisme » entre mouvement GJ et « écolos-pacifistes-contre le réchauffement climatique ».

Alors que d’un côté comme de l’autre il s’agit de « réformer démocratiquement » un système qui surexploite à la fois l’humanité et les ressources naturelles.

Alors qu’il suffit de définir démocratiquement quels sont réellement les besoins sociaux incontournables que nous voulons satisfaire par notre travail productif, et d’en imposer la réalisation et la mise en œuvre, dans les limites des ressources qui s’imposent à tous et qui doivent être respectées collectivement de manière impératives, et non pas « pacifiquement » !

Limite des besoins à définir, limite des ressources à employer pour les satisfaire, il n’y a pas de place pour l’accumulation du Kapital, là dedans, pas de place pour le capitalisme macronien, lepéniste, social-démocrate ou autre…

La seule véritable démocratie est celle par laquelle le peuple répond collectivement, par son travail, à ses propre besoins.

Producteurs de biens et de services, sauvons nous nous-mêmes !

…Et nous sauverons la planète en même temps !!

Luniterre

 

 

 

« (F)RANCE INFO » >>> « Double manifestation sur le Vieux Port

Le rendez-vous était à la même heure et au même lieu : sous l’ombrière du Vieux-Port : d’un côté les Gilets Jaunes, de l’autre les marcheurs pour le climat.
Des milliers de personnes mais pour des combats différents, les cortèges se sont vite séparés.

Les Gilets Jaunes, rivés sur leurs téléphones à Marseille, ont suivi de près les graves incidents de Paris. Leur manifestation s’est élancée vers la gare Saint Charles en passant par la porte d’Aix. 800 personnes ont été comptabilisées officiellement.

Des échauffourées ont eu lieu entre manifestants et police, qui a dispérsé des groupes dans la gere Saint Charles. Deux interpellations ont eu lieu pour jets de projectiles. 

Le reportage de Frédérique Poret et Emmanuel Zini :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/marseille-incidents-lors-acte-18-gilets-jaunes-1639722.html

AUTRE SON DE CLOCHE, DONT NOUS NE PARTAGEONS PAS NON PLUS TOUS LES POINTS DE VUES, MAIS QUI MONTRE ASSEZ BIEN LE DÉCALAGE ENTRE L’APPROCHE MÉDIATIQUE « OFFICIELLE » ET LA RÉALITÉ OBSERVÉE SUR LE TERRAIN:

 

 

SUR LE MÊME THÈME:

https://solydairinfo.wordpress.com/2019/02/22/trois-mois-de-luttes-du-mouvement-gj-mise-a-jour-de-la-petition-ab-cice/

 

Provocation Finkielkraut : Un mensonge peut en cacher un autre… !

Provocation Finkielkraut :

Un mensonge peut en cacher un autre… !

 

Libération

https://www.liberation.fr/checknews/2019/02/17/qu-entend-on-sur-la-video-de-l-altercation-entre-finkielkraut-et-des-gilets-jaunes_1709882

 

Dans un premier temps, ce « check news » semble honêtement rétablir un peu de vérité, notamment en rapport des mensonges de Benjamin Griveaux…

 

Qu’entend-on sur la vidéo de l’altercation entre Finkielkraut et des gilets jaunes »?

Par Jacques Pezet 17 février 2019 à 14:31

 

Sortant d’un taxi dans le 14ème arrondissement, le philosophe Alain Finkielkraut a été insulté de «sale sioniste de merde» et de «fasciste» par un groupe de gilets jaunes.

Question posée par Mr Propagande le 17/02/2019

Bonjour,

Nous avons reformulé votre question initiale: «Pourriez-vous vérifier le son de la vidéo où Alain Finkielkraut se fait insulter ? Benjamin Griveaux affirme avoir entendu «sale juif», mais de très nombreuses personnes entendent «Palestine» et non «sale juif».»

Votre question porte sur des images filmées par le journaliste indépendant Charles Baudry et par Yahoo Actualités, dans lesquelles le philosophe français Alain Finkielkraut est pris à partie et insulté par des manifestants lors de la manifestation parisienne des gilets jaunes du 16 février 2019. La scène a lieu à l’angle du boulevard du Montparnasse et de la rue Campagne-Première, dans le 14e arrondissement.

 

 

 

 

 

 

Ces deux vidéos filmées sous deux angles différents permettent d’entendre le flot d’insultes visant l’académicien. 

«Sale sioniste de merde», «tu vas mourir», «rentre chez toi en Israël»

Dans la vidéo de Yahoo, filmée près d’Alain Finkielkraut, on entend distinctement un groupe d’hommes lui crier: «Barre-toi, sale sioniste de merde. Sale merde. Nique ta mère. Palestine. Homophobe de merde. T’es un raciste, casse-toi! Dégage fasciste. La France, elle est à nous. Sale enculé. Espèce de raciste. Espèce de haineux. T’es un haineux et tu vas mourir. Tu vas aller en enfer. Dieu, il va te punir. Le peuple va te punir. Nous sommes le peuple. Grosse merde. Tu te reconnaîtras. Espèce de sioniste. Grosse merde. Il est venu exprès pour nous provoquer. Taisez-vous!».

Dans celle de Charles Baudry, filmée de plus loin, on entend: «Facho! Palestine! Rentre chez toi… Rentre chez toi en Israël. Rentre chez toi en Israël. Antisémite. La France est à nous. Rentre à Tel-Aviv. T’es un haineux. Tu vas mourir. Nous sommes le peuple français. Rentre chez toi. Ici c’est la rue!»

La diffusion de cette agression a suscité un élan de solidarité en faveur d’Alain Finkielkraut sur internet et de la part de l’ensemble de la classe politique, certains rappelant dans leur condamnation de l’antisémitisme tout ce qui les oppose aux prises de positions conservatrices du philosophe.

Polémique autour de l’insulte «sale juif»

Au milieu de ces dénonciations de l’agression antisémite, d’autres, comme la directrice du Média, Aude Lancelin, ont contesté la version évoquée dans un tweet par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, qui condamnait «la haine à l’état brut dans les rues de Paris contre Alain Finkielkraut hué aux cris de « sale Juif »». La journaliste l’accuse d’inventer «un nouveau mensonge gravissime pour faire monter la haine dans le pays», car, selon elle, l’insulte «sale juif» est «inaudible dans la vidéo» de Yahoo Actualités.

CheckNews a réécouté plusieurs fois les deux vidéos. Si certains pensent avoir identifié l’insulte «sale juif», elle ne nous apparaît pas distincte dans le bruit de la foule. Contacté par CheckNews, le journaliste Charles Baudry n’a pas été en mesure de confirmer ou de contester cette insulte précise: «Je n’ai rien entendu. On venait de se faire gazer. Il y avait énormément de bruit. J’ai vu Alain Finkielkraut dans la rue. Une manifestante lui souriait, lui serrait la main. Puis un groupe l’a pris à partie en l’insultant. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à filmer, mais je ne peux pas dire s’il s’est fait insulter de « sale juif ». Il y avait trop de bruit.»

Finkielkraut dit ne pas avoir clairement entendu les injures

Interrogé sur cette agression sur LCI, dimanche matin dans l’émission Le Brunch de l’actu, le philosophe raconte aussi qu’il n’a pas clairement entendu les insultes lors de l’agression, et que «c’est plus net sur l’image que le moment où je l’ai vécu». Il explique s’être retrouvé dans la manifestation par hasard et non pas par provocation: «J’avais raccompagné ma belle-mère après un déjeuner au restaurant. Je suis sorti du taxi, rue Campagne-Première. Je voulais rentrer chez moi. Et en même temps je vois cette manifestation qui défile, donc je vais quand même regarder. J’étais pas là depuis une minute que j’ai été en effet pris à partie de manière très violente par des manifestants. Et qui criaient des choses que j’entendais mal et j’ai dû malgré moi rebrousser chemin». Le philosophe explique avoir été évacué par des policiers, et souligne le fait que «tout le monde n’était pas au diapason, mais la majorité des gens qui passaient, vraiment, me vouait une haine très antérieure au mouvement des gilets jaunes.» 

Concernant la polémique autour de l’insulte «sale juif», Alain Finkielkraut a déclaré sur LCI, que l’insulte de raciste le blessait davantage: «Le problème des Juifs aujourd’hui, la douleur qui leur est infligée, c’est qu’on les traite de raciste. Benjamin Griveaux a protesté en disant que j’avais été traité de sale juif. Je comprends très bien sa protestation, je suis ému par le témoignage de solidarité qu’il a manifesté, mais on ne m’a pas traité de sale juif. Et on ne m’a jamais traité de sale juif. En revanche, on me traite à chaque fois que je mets le nez dehors dans ce genre de manifestation, on me traite de sale raciste. […] Quand vous êtes traité de juif, vous pouvez redresser la tête et puis l’injure vous pouvez la porter comme une couronne, mais quand vous êtes traité de raciste, vous êtes tout d’un coup coupable du pire des crimes.» 

 

NDLR: c’est à partir d’ici que ce « check news » dérape complètement en voulant assimiler antisionisme et antisémitisme, alors que malgré la violence incontestable des invectives il n’en a précisément relevé aucune trace jusque là: il lui faut donc en créer une à tout prix, en détournant le sens basique des mots!

CheckNews a reçu de nombreuses questions sur cette agression, certains lecteurs nous demandant pourquoi l’insulte «sale sioniste» est présentée comme antisémite, alors qu’on peut très bien être contre le sionisme, c’est-à-dire contre l’idée d’un État juif, sans être contre le judaïsme et ceux qui le pratiquent. Quand Alain Finkielkraut, académicien et philosophe français, qui vit en France, est insulté en plein Paris par une foule qui le traite de «sale sioniste de merde», et qui l’invite à rentrer chez lui à Tel-Aviv en Israël, c’est parce qu’il est perçu comme juif. C’est d’ailleurs ainsi que Benoît Hamon a considéré l’insulte. Dans un tweet, le leader de Générations a condamné «sans aucune réserve ceux qui l’ont conspué, insulté et traité d’un «sale sioniste» qui voulait dire «sale juif». Et laissez la Palestine en dehors de cette violence antisémite gratuite».

Cordialement,    Jacques Pezet

Alors que manifestement Finkielkraut n’a jamais fait mystère d’être sioniste ni de s’en revendiquer publiquement dans ses écrits et interviews:

 

https://fr.timesofisrael.com/alain-finkielkraut-se-confie-sur-lavenir-de-la-france-sinquiete-pour-disrael/

 

 

 

 

 

 

 

 

16 Mars : Quel sens réel pour le réveil « anti-autoritaire » de la FI?

 

 

 

 

16 Mars: les députés FI se découvrent « anti-autoritaires » !

12 février 2019 Communiqué de presse

Communiqué du groupe parlementaire de la France insoumise.

« 16 mars : Contre la dérive autoritaire, rassemblons-nous !

Le pouvoir méprise la colère populaire qui s’exprime depuis plus de trois mois dans le pays.
Face à l’exigence sociale et démocratique, sa dérive autoritaire est devenue évidente : légitimation et incitation à l’usage disproportionné de la violence policière, lois liberticides, arrestations préventives par milliers, perquisitions contre l’opposition ou un journal indépendant, usage politique des moyens de police et de justice, propagande d’État envahissante en guise de « Grand Débat » monopolisant les médias privés comme publics.

C’est assez !

Nous appelons toutes celles et tous ceux qui sont attachés aux droits démocratiques, aux libertés fondamentales et à l’État de droit à réagir contre cette dérive dangereuse.

Nous proposons un rassemblement à Paris le 16 mars, pour dire : « Non à la dérive autoritaire. Pour le respect de l’Etat de droit et des libertés démocratiques ».

À l’issue de ce rassemblement, les présents se joindront à la marche hebdomadaire des Gilets Jaunes.
Nous invitons toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à se joindre à cet appel et à se rencontrer pour préparer ensemble ce rassemblement. »

https://lafranceinsoumise.fr/2019/02/12/16-mars-contre-la-derive-autoritaire-rassemblons-nous/

Quel sens réel

pour ce « réveil » (tardif) de la FI ?

Cultiver des illusions sur la démocratie bourgeoise n’a, en soi, rien de progressiste.

Pour que cela soit tactiquement justifié, il faudrait qu’il y ait au moins un autre but progressiste en jeu, même si simplement tactique.

Le mouvement de masse ne s’épuise pas à cause des manifs à répétition, ni même à cause de la répression, mais à cause du manque d’objectif revendicatif concrètement exprimé et visible.

La FI essaye simplement de se remettre en piste sur la base de la haine anti-Macron, mais, tout comme les syndicats, sans objectif revendicatif précis, au delà de l’illusion démocratique, qu’elle contribue à entretenir.

Le pouvoir vient encore de jouer magistralement le coup en condamnant Dettinger à une peine très modérée en rapport d’autres GJ moins connus…

Du reste, Dettinger ne fait pas appel, ce qui se comprend, et si le Procureur lui-même ne fait pas appel de cette relative clémence, ce jugement apparaîtra au plus grand nombre comme une volonté d’apaisement de la part du pouvoir.

La société du spectacle est ici à l’œuvre: un truc qui n’existait pas du temps de Lénine! Mais terriblement efficace, et bien plus fort que les matraques, en fait.

Le pétard du 16 Mars est donc déjà mouillé avant même d’être allumé, en termes de « mobilisation de masse démocratique ». Juste un pas de plus, après la journée CGT du 5 Février, dans l’enterrement du mouvement de masse du 17 Novembre et dans le retour au jeu politico-syndical habituel.

D’ici le 16 Mars la donne ne pourrait changer que sur la base d’un programme revendicatif. C’est clairement, aujourd’hui, la « gauche militante » qui fait le meilleur rempart du système en entretenant l’agitation sur des bases déconnectées des besoins concrets des masses. C’est cela qui contribue à éloigner les masses du mouvement, c’est cela qui contribue à la stratégie d’usure menée par le pouvoir.

Actuellement, faire chorus avec ceux qui continuent de manipuler ce mouvement loin de ses buts revendicatifs et sociaux réels, c’est simplement les aider à enterrer le mouvement et c’est cela qui fait le jeu du pouvoir en dilapidant le capital de sympathie né le 17 Novembre.

La gauche, « extrême » ou non, ne s’est pas mobilisée pour soutenir et appuyer le mouvement de masse quand il était dans sa phase ascendante, mais elle se « mobilise » maintenant pour le faire rentrer dans les rangs du système et contribuer à son enterrement. Libre à chacun de suivre la procession et même d’ajouter une fausse fleur « rouge » à la couronne mortuaire.

Alors qu’il faudrait encore, éventuellement, réfléchir au moyen de faire capoter le corbillard… En constituant enfin une plateforme revendicative réellement démarquée des syndicats et des partis « de gauche », même « extrêmes », actuellement à la manœuvre.

Le 16 Mars, la FI prend simplement le relais de la CGT dans le rôle du croque-mort…

 

 

Pierre GRINDSABLE

 

 

SOURCE:

 

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/02/14/16-mars-quel-sens-reel-pour-le-reveil-anti-autoritaire-de-la-fi/

Sur le même thème :

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/02/13/christophe-dettinger-le-verdict-jerome-rodrigues-regroupons-nous/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/02/13/sur-agoravox-un-debat-avec-un-sympathisant-de-la-cfdt-autre-gauche-militante-en-deroute/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/02/10/et-si-la-gauche-militante-arretait-de-se-la-raconter-synthese-pour-agoravox/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/02/09/une-mise-au-point-a-propos-de-lassemblee-des-assemblees-gilets-jaunes-commercy/

https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/02/12/importee-de-chine-alimentation-mondialisee-on-en-mangerait-ou-pas/

 

 

 

 

Christophe Dettinger : le verdict! – Jérôme Rodrigues : « Regroupons nous! »

 

 

Le procès de Christophe Dettinger :

LE VERDICT

« Gilets jaunes » : l’ex-boxeur Christophe Dettinger condamné à un an de prison ferme, aménageable en semi-liberté

Il était jugé pour avoir frappé deux gendarmes en marge d’une manifestation de « gilets jaunes » à Paris. Pendant un an, il sera libre la journée, mais en détention la nuit.

Les images avaient marqué. Le 5 janvier, lors de l’acte VIII des « gilets jaunes » à Paris, des vidéos montraient un homme imposant assener une série de coups de poing à un gendarme sur une passerelle surplombant la Seine, avant de frapper un de ses collègues au sol.

Plus d’un mois après les faits, l’auteur de ces coups, Christophe Dettinger, a comparu, mercredi 13 février, devant le tribunal correctionnel de Paris. Le procureur a requis contre lui trois ans de prison, dont un an avec sursis et mise à l’épreuve. Il a été condamné à 30 mois de prison dont 18 avec sursis, c’est-à-dire un an de prison ferme, aménageable en semi-liberté. Pendant un an, il sera donc libre la journée, mais retournera en détention la nuit. Le tribunal a assorti sa peine d’une interdiction de séjour à Paris pendant six mois.

« M. Dettinger se prépare, réajuste ses gants. Il frappe, vise la tête. Il est dans la toute-puissance. Ces scènes sont d’une violence inouïe et doivent être sanctionnées », a déclaré le représentant du ministère public, demandant son « maintien en détention ».

Devenu un « symbole malgré lui », selon les termes d’un avocat des deux gendarmes, Christophe Dettinger, fonctionnaire municipal, marié et père de trois enfants, a reconnu avoir commis une erreur. Il a expliqué tout au long de l’audience, tendue, son comportement par la colère, en réaction notamment au « matraquage » de manifestants par les forces de l’ordre.

« Je suis là pour payer pour une erreur. La seule chose que je ne veux pas, c’est qu’on dise que je suis un casseur de flic, un lyncheur, un tueur. J’ai voulu empêcher une injustice et j’en ai commis une autre. Quand je me vois taper sur un gendarme au sol, j’ai honte. »

L’homme, dont l’employeur, la commune d’Arpajon (Essonne), a suspendu le traitement, avait obtenu le 9 janvier un délai pour préparer sa défense mais avait été placé en détention provisoire. Il est défendu par trois avocats, dont le très expérimenté ténor du barreau Henri Leclerc, que de vifs accrochages ont opposé à la présidente du tribunal, au procureur et aux avocats des parties civiles (outre les deux gendarmes, l’Etat et des associations de policiers et de gendarmes).

Les images de Christophe Dettinger rouant de coups de pied et de poing un gendarme à terre et boxant un de ses collègues sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, non loin de l’Assemblée nationale, ont été visionnés plusieurs fois pendant l’audience.

Cet homme, qui avait participé à tous les samedis de manifestation des « gilets jaunes » depuis le début du mouvement, a notamment dit avoir voulu venir au secours d’une femme tombée au sol et frappée par un gendarme. Cette femme de 37 ans a confirmé à la barre que le boxeur avait écarté d’elle ce gendarme.

Paradoxe, Christophe Dettinger avait fait une demande pour entrer dans la réserve de la gendarmerie. Rapidement identifié après les faits, il s’était rendu à la police deux jours plus tard, un délai qu’il a expliqué par la crainte de « passer un mauvais quart d’heure ».

Sur les deux gendarmes ayant porté plainte, un seul était présent à l’audience. « On a eu beaucoup de chance, cela aurait pu être beaucoup plus grave, notamment si l’un de nous avait été jeté par-dessus la passerelle. Avec notre équipement, il est très difficile de nager », a déclaré, à la barre, ce militaire de 27 ans.

Une collecte lancée pour soutenir le boxeur sur le site en ligne Leetchi avait recueilli un peu plus de 120 000 euros. Elle a suscité une polémique, le gouvernement estimant notamment que cela revenait à encourager la violence.

Invité à prendre la parole une dernière fois avant le délibéré, Christophe Dettinger a regardé le gendarme assis en face de lui et déclaré avec émotion :

« Monsieur le gendarme, je suis coupable de tous les coups que je vous ai portés. Je suis conscient que ça a pu vous toucher physiquement et psychologiquement. Je n’en suis pas fier, ce n’est pas mon état d’esprit. J’ai été un styliste, un technicien de la boxe, pas un bagarreur. Je ne peux pas comparer la boxe avec cet acte. »

Christophe Dettinger a répété qu’il n’était « pas venu pour en découdre. Tout a basculé en deux minutes et je m’en veux terriblement ». Ses trois avocats, Me Laurence Léger, Me Hugues Vigier et Me Henri Leclerc, ont demandé au tribunal de le condamner à une peine qui lui épargne l’emprisonnement.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/13/gilets-jaunes-deux-ans-ferme-requis-contre-le-boxeur-christophe-dettinger_5423138_3224.html

Jérôme Rodrigues

présent au procès de Christophe Dettinger:

Le Gilet jaune a souligné qu’il y avait des personnes dans le milieu politique qui ont «fait pire» que le boxeur mais qui «se baladent tranquillement en plein rue». «Soyons juste», a-t-il donc lancé.

« La violence est tout simplement engendrée par le gouvernement.

Pourquoi aujourd’hui on nous empêche de manifester en France? Pourquoi on a des points de blocage? Pourquoi les flics nous bloquent à la sortie d’une manifestation? »

L’ex-boxeur Christophe Dettinger, qui comparaissait ce mercredi devant le tribunal de grande instance de Paris, a été soutenu par une des figures emblématiques du mouvement des Gilets jaunes, Jérôme Rodrigues, qui s’est rendu sur place ce jour. «Soyons juste», a-t-il déclaré devant les journalistes espérant que l’homme serait «jugé le mieux possible».

Commentant le procès de Christophe Dettinger qui se déroule au tribunal de grande instance de Paris ce mercredi 13 février, le Gilet jaune Jérôme Rodrigues, qui s’est rendu sur les lieux, a dit espérer que la «justice puisse être le plus impartial possible et puisse avoir le bon jugement pour lui».«Je ne suis pas de la justice, je ne suis pas juge. À la justice de faire son travail, chacun a sa tâche. J’espère qu’il sera jugé le mieux possible […] qu’il retrouve au plus vite sa famille et ses enfants […] et que la justice puisse être le plus impartial possible et qu’elle puisse avoir le bon jugement pour lui.»

Jérôme Rodrigues a souligné qu’il était venu au procès en tant que «citoyen» pour «soutenir un autre citoyen».

«Je n’ai pas le gilet jaune aujourd’hui. Il fallait que ça soit fait dans le calme et la sérénité pour ne pas perturber le procès. Ce n’est pas une manif, ce n’est pas un événement, ce n’est pas une action, c’est un comité de soutien qui vient vers Christophe et sa famille.»

Le Gilet jaune a également souligné qu’il y avait des personnes dans le milieu politique qui ont «fait pire» que le boxeur mais qui «se baladent tranquillement en plein rue». «Soyons juste», a-t-il donc lancé.

Les violences sont «engendrées par le gouvernement»

Jérôme Rodrigues a également mis les points sur les i quant aux «violences policières» qu’il ne considère pas ainsi. D’après lui, c’est le gouvernement qui en est responsable.

«Je ne parle pas de violences policières, je parle de violence gouvernementale. […] Il faut qu’il arrête de nous opposer parce que ça va se retourner contre lui. Stop. La violence est tout simplement engendrée par le gouvernement. Pourquoi aujourd’hui on nous empêche de manifester en France? Pourquoi on a des points de blocage? Pourquoi les flics nous bloquent à la sortie d’une manifestation? […] On est dans un pays de droit, on a le droit de manifester et surtout pas de perdre un œil pour ça», a indiqué le Gilet jaune.

«Regroupons-nous»

Le Gilet jaune a aussi appelé tous les Français à se réunir sans porter attention à leur lieu de résidence.

«La misère sociale n’appartient à personne aujourd’hui en France. Elle est le sujet de tous: campagne, banlieue, région, outre-mer. Elle est de partout. Donc forcément, à un moment donné, arrêtons de mettre notre communautarisme de côté et […] regroupons-nous», a-t-il résumé.

L’ex-boxeur Christophe Dettinger, cet ancien champion de France aujourd’hui âgé de 37 ans, comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir frappé des membres des forces de l’ordre lors du 8e samedi de la mobilisation des Gilets jaunes. Le procureur avait requis deux ans ferme contre l’ex-boxeur.

https://fr.sputniknews.com/france/201902131040015606-commentaire-jerome-rodrigues-proces-christophe-dettinger/